Une des forces de l’Éthiopie : sa riche gastronomie atypique, mais délicieuse

L’Éthiopie a traversé une phase difficile durant laquelle elle s’est fait connaître de par le monde à cause de la famine qui y a sévi. Mais ce pays se démarque des autres et même de ses contemporains africains pour bien des raisons. La cuisine en fait partie. Voici ce qu’il faut savoir sur cette gastronomie savoureuse et chaleureuse. 

Aliments de base de l’Éthiopie : les incontournables de la table

Il est impossible de parler de la cuisine éthiopienne sans parler de l’injera. Sa physionomie ne paie pas de mine. Il a l’air d’une crêpe en manque d’œufs, qui n’a pas eu le temps de dorer. Son goût surprend, car il est acidulé, mais cette amertume se marie parfaitement avec les épices qui débordent dans les plats. C’est un peu le pain et le riz éthiopien. La couleur et la saveur varient (légèrement) selon les gens qui le préparent. Certains injeras sont très aigres, parce que la durée de fermentation de la pâte a été très poussée. D’autres le sont moins, et présentent une couleur plus alléchante. Le palais s’y habitue avec le temps. Les épices font partie des aliments de base de la cuisine éthiopienne. Elles accompagnent pratiquement tous les plats. Le mélange le plus connu reste le Wot. Cette sauce se décline en variante végétarienne ou pas.  

Les plats typiques et originaux issus d’une culture du goût 

En tête de liste, les Éthiopiens dégustent le Wat. La présentation varie, mais généralement, l’injera est déroulé et les purées de légumes ou préparations à base de viande y sont déposés. Parfois, plusieurs sortes de sauces se retrouvent sur un injera. Impossible d’effectuer un voyage en ethiopie sans goûter à cette spécialité. Le repas de fête est le Kifto. Il s’agit d’un plat avec de la viande crue, mais chaude. Elle est préparée, revenue dans du beurre, mélangée à des herbes, des épices, puis présentée avec du riz. Le plat s’agrémente parfois d’épinards. Autre viande tartare : le Tere Sega. Le plus en Éthiopie : l’assurance de la fraîcheur et la possibilité de choisir son morceau. Ce plat se déguste avec de l’awazi. C’est une sauce de moutarde et de piment, et du mitmita qui est un mélange d’épices.

Déguster les breuvages de cet autre monde pour des saveurs inédites

Côté boissons, les Éthiopiens sont de grands adeptes de bière. Hommes et femmes se délassent en fin de journée en en buvant une ou plusieurs bouteilles. La bière locale jouit d’une bonne réputation. La tella, comme on l’appelle, se compose de grains de teff et d’orge. Le parfum caractéristique est celui des feuilles de gesho. Par ailleurs, les fruits s’exploitent intelligemment. Les cocktails alcoolisés s’assortissent d’ingrédients frais. Les plus courageux essaieront le tedj. Avant d’une prendre une grande gorgée, il faut savoir que le taux d’alcool varie de 6 à 15 %. Ils y incorporent du miel afin d’en adoucir le goût, et du gersho pour l’odorat. Enfin, ce serait du gâchis de faire un voyage en ethiopie et de ne pas boire du café. Ce premier producteur d’arabica en Afrique possède sa variante locale, qui est tout aussi goûteuse. Il s’agit du Buna.  

Laisser un commentaire